Qu’entend-t-on par solution logicielle « No-code » ?

Les programmeurs informatiques restent très recherchés et il existe une pénurie de ressources, en Amérique mais aussi partout ailleurs. Alors que presque 70 % des entreprises aux États-Unis ont adopté une certaine forme de transformation numérique, il n’y a pas suffisamment de codeurs compétents pour prendre en charge l’essentiel du travail de développement logiciel. C’est justement à ce stade qu’intervient la solution « no-code » de la programmation dans le cadre de toute activité.

No-Code

La solution décentralise la conception des programmes informatiques destinés aux entreprises, en passant d’une tâche qui ne peut être réalisée que par des développeurs de logiciels à une solution qui est accessible aux non-programmeurs. En l'absence de code, tout professionnel peut utiliser certains outils spéciaux pour créer des produits logiciels que votre entreprise peut immédiatement déployer. L’avantage principal de cette solution réside dans le fait que l’entreprise n'est pas obligée de dépenser d'importants montants pour engager des codeurs en vue de concevoir des modules et des applications autonomes. Les économies réalisées peuvent alors être appliquées dans d’autres domaines de l’entreprise tels que la recherche et le développement.

L’argument principal en faveur de l'embauche de programmeurs afin de traiter les aspects logiciels de la production est que les solutions sans code ne proposent pas la possibilité de créer des applications complexes. Les défenseurs des solutions de codage revendiquent qu’il est nécessaire d’engager un professionnel compétent dans le domaine des langages informatiques tels que Python ou Java afin de créer des applications avancées.

Eh bien avec une solution no-code, ce n’est pas le cas. Vos employés « profanes » seront en mesure de créer des programmes capables d'exécuter de simples tâches et pouvant traiter de nombreuses données, une logique complexe et de l'arithmétique informatique. Certains des produits qui peuvent être créés en n’utilisant aucun code sont si robustes que le consommateur ne les distinguera pas de ceux développés à travers des solutions IDE (environnements de développement intégrés). Maintenant que nous avons expliqué ce qu'est une solution « no-code », voyons son impact sur le « low-code ».

Quelle est la différence entre les solutions « no-code » et « low-code » ?

En examinant de plus près cette confrontation entre le « low-code » et le « no-code », on réalise que la relation entre les deux plateformes est fortement éphémère. Celasignifie que le low-code est un prédécesseur fonctionnel du no-code. Alors que les plateformes low-code exigent que vous écriviez quelques scripts de programmation de base, à l’inverse, cela n’est pas nécessaire avec le no-code. Dans le cas du no-code, tout le développement est réalisé à travers une interface informatique ordinaire où vous pouvez glisser et déposer, redimensionner des éléments et cliquer sur des boutons.

Les solutions low-code ont émergé comme un moyen permettant d’aider les professionnels non TI à entrer dans le monde complexe du développement logiciel avec seulement des compétences de base. Jetons un bref regard sur l'historique du développement logiciel afin de comprendre d’où est issu le concept de plateformes low-code.

De la programmation du langage machine aux plateformes low-code

Le type de développement logiciel le plus difficile et le plus coûteux apparait au niveau le plus bas de l’informatique : le code machine. Ces solutions étaient tout à fait courantes au tout début des programmes informatiques lorsque les PC commerciaux sont arrivés sur le marché.

Les développeurs de logiciel ont rapidement réalisé qu’une carrière dans la programmation n’attirerait pas les codeurs si ces professionnels devaient utiliser le langage d’assemblage, qui n’est pas lisible par l’homme. Les langages de bas niveau n’étaient pas réalisables pour les développements de logiciels.

Tout naturellement, cela a entraîné des langages informatiques de haut niveau, dont la syntaxe ressemble bien plus à de l’anglais : des langages tels que Java, Python, Ruby et PHP, classés comme des œuvres de haut niveau du domaine de la logique informatique.  Mais finalement, comment les ordinateurs comprennent-ils de telles instructions s’ils n’arrivent qu’à exécuter des nombres binaires qui correspondent à de simples interrupteurs marche/arrêt ?

Nous sommes heureux que vous posiez la question ! Les premiers programmeurs ont créé des interpréteurs et des compilateurs qui ont traduit des instructions de haut niveau sous un format que les ordinateurs étaient en mesure de comprendre. Ce changement a ouvert la voie aux carrières de développement logiciel que des millions de programmeurs affectionnent.

Pendant plusieurs décennies, le monde a utilisé des dizaines de langages de programmation de haut niveau dans plusieurs domaines. Nous pouvons citer par exemple C et C++ dans le domaine du génie, Java et C# dans les applications commerciales, Objective C et Java dans le développement mobile ainsi que HTML et JavaScript sur le Web. Cependant, le niveau de développement de programme par codage a cessé de pouvoir répondre aux besoins et ce, dans presque tous les domaines de l’activité humaine.

Des plateformes low-code aux plateformes no-code

L’excès de nouvelles informations à traiter est un facteur majeur qui a contribué au problème, en raison de l’explosion de l'usage du Web et de la demande de plus de productivité et d’efficience dans tous les secteurs. Les plateformes low-code sont apparues pour résoudre ce problème en proposant une étape de traduction entre l’éditeur visuel et le moteur qui crée des codes. N’oubliez pas qu’un professionnel, qui utilise un système low-code pour le développement d’applications, a besoin d’écrire le code, même si c'est sous une forme plus rapide et efficiente, car le gros du travail est réalisé par le traducteur.

Comme vous l’aurez deviné, peu de non-programmeurs ont adhéré au développement de logiciels low-code. Les seuls qui ont relevés le défi n’ont pas pu satisfaire l’ambition susmentionnée. De plus, il s’avère que les plateformes low-code sont meilleures pour les programmeurs que les non-programmeurs, car elles leur permettent de créer des solutions plus rapidement. Il n’est pas surprenant qu’elles continuent de ralentir les non-codeurs, comme par exemple les comptables, les analystes financiers, les artistes, etc. Il était donc temps de développer des solutions n’exigeant aucun script. 

Aucune plateforme no-code n’est semblable aux solutions low-code en matière de fonctionnalités de base, c’est-à-dire la traduction. Cependant, aucune solution no-code n’est plus avancée, car ces solutions n’exigent aucune connaissance sur le processus sous-jacent de la part du  professionnel. Vous n’aurez qu’à penser au produit logiciel que vous souhaitez déployer et à le visualiser, sans vous soucier de la forme selon laquelle l’ordinateur interprétera ou compilera les instructions.

Pour la première fois depuis l’avènement des ordinateurs commerciaux, les entreprises peuvent développer leurs propres solutions de logiciels sans l’intervention de codeurs. Outre ce changement, il existe d’autres implications importantes, car une entreprise ordinaire doit engager une équipe de spécialistes informatiques pour traiter tous ses besoins en technologie. Cela peut expliquer pourquoi le département TI est devenu un élément incontournable au sein de plusieurs organisations. Aucune plateforme de codification n’a fondamentalement changé la manière dont les organisations gèrent le développement logiciel tout en induisant d’importantes économies. Voyons comment.

Disparition des fonctions des équipes de développement logiciel

Avant les plateformes no-code, plusieurs types d’organisations ont recruté différentes équipes de développement logiciel pour agir au niveau de l’ensemble des fonctions de TI. Une équipe de haut niveau en développement logiciel avec un produit unique à gérer est composée d’un directeur de développement, d’un scrum master, d’un chef d’équipe, du développeur et des testeurs. En l'espèce, le produit peut être un site Web, une application informatique autonome, une application mobile ou un module de production.

no-code

S’il y a plusieurs produits à développer simultanément, l’équipe doit être étendue afin d'inclure davantage de développeurs, testeurs, chefs d’équipe, scrum masters et directeurs. Dans ce cas, les directeurs sont sous la direction de l'ingénieur logiciel sénior, qui est très probablement un cadre dirigeant de la société. Il est possible que vous ayez entendu parler de développeurs front-end et back-end.

À quel niveau interviennent-ils, exactement ? Comme le nom le suggère, ce sont des développeurs.

Néanmoins, vous n’aurez qu’à vous soucier des développeurs front-end ou back-end si le logiciel dispose d’une version client et administrateur. Le site Web en est un bon exemple. L’utilisateur final (ou front-end) est la personne qui fait défiler la page à la recherche d’informations ou celle qui regarde une vidéo.

L’utilisateur back-end est quant à lui le propriétaire ou l’administrateur du site, tenu de garantir que le contenu nécessaire à l’utilisateur final est disponible quand celui-ci clique sur des boutons différents ou fait défiler la page. Ces produits sont créés en dualité pour une fonctionnalité optimale. Certains développeurs sont spécialisés dans l’élaboration de la partie client (c’est-à dire la partie jolie à voir et facile à utiliser) alors que d’autres travaillent sur la partie du serveur (puissant et robuste afin de supporter les besoins de l’utilisateur final).

Coûts réduits du développement

En plus de réduire le nombre de professionnels du domaine des TI que les entreprises recrutent, les plateformes no-code peuvent également, dans certains cas, éliminer totalement le département TI. Il s’agit sans aucun doute d’un gros avantage pour les petites et moyennes entreprises qui sont déjà souvent mises à l'épreuve au niveau financier.

Une équipe entière de développement logiciel est nécessaire pour la plupart des entreprises qui dépendent d’applications internes pour leur activité principale. Alors que de nombreuses entreprises, grandes et petites, n’ont toujours pas commencé à utiliser les solutions no-code, elles ont tout de même fait de grands progrès en assurant que la production soit flexible et efficace. La plupart des sociétés qui ont grandement investi dans des équipes de développement logiciel ont une longueur d’avance sur la concurrence.

La plupart des coûts de développement encourus par les sociétés qui n’utilisent pas les plateformes no-code couvre les salaires. Certains des membres les plus importants de l’équipe de développement de logiciel sont des développeurs front-end et back-end, des ingénieurs qualité, des développeurs opérationnels, des concepteurs de produit et des gestionnaires de projet. Certaines sociétés dans cette catégorie utilisent des solutions low-code, car la plateforme n'élimine pas le besoin de développement de programmes bruts.

L’une des différences importantes entre les plateformes low-code et no-code est que ces dernières ne sont pas aussi chères que les premières. En fonction des besoins de solutions logicielles hautement spécialisées de votre activité, votre entreprise peut ne pas avoir besoin d’une équipe entière vouée au développement logiciel.

Par exemple, les entreprises qui opèrent dans des secteurs non techniques tels que l’agriculture et la gestion peuvent se passer d'une équipe de développement logiciel. Pour elles, la solution no-code est suffisante. Cependant, si le logiciel requiert une réponse hautement spécialisée, il est plus judicieux de pondérer les avantages et les inconvénients de la solution no-code avant de prendre une décision définitive.

Les systèmes no-code les plus populaires

Les solutions no-code se sont développées durant plusieurs années sous forme de moteurs spéciaux de programmation, de cadre de développement et de structures de gestion de contenu (ou CMS). Il faut bien être conscient que les moteurs de traduction qui alimentent le plus les plateformes no-code exigent beaucoup de ressources et une forte puissance informatique. 

C’est pourquoi de nombreuses plateformes no-code reposent sur une connexion Internet afin que le traitement lourd soit exécuté sur des serveurs spécialisés, vous permettant d’interagir avec les aspects front-end du développement logiciel.

En outre, les plateformes no-code ont tendance à être classées selon les fonctions qu’elles exécutent. Par exemple, il existe des solutions de développement Web, de traitement de documents, d’automatisation Web, de gestion de la relation client (GRC) et d’applications générales au niveau de la société. Le classement fonctionnel peut être attribué au fait qu’il est plus aisé de concevoir une plateforme no-code qui permet aux entreprises de créer des solutions logicielles avancées tout en se concentrant sur un unique secteur d’activité.

Traitement de documents

Les plateformes no-code de traitement de documents permettront à votre société de développer un logiciel qui rend le traitement des informations plus efficient. DocDigitizer est un excellent exemple pour illustrer ce type de solution. Il est utilisé pour la saisie de données de documents, en le traitant et en produisant un résultat structuré qui peut être utilisé dans les systèmes d’information.

Gestion de la relation client (GRC)

Les solutions no-code utilisées au sein des outils GRC aident les entreprises à créer des programmes qui gèrent les interactions entre les acteurs internes, les clients actuels et les clients potentiels. Ces applications sont utilisées pour améliorer la relation entre l’activité et ses plus importants acteurs : les clients. Salesforce Lightning et Creatio sont des exemples de ces plateformes.

Applications et services Web

Le rôle d'Internet a incontestablement explosé au cours des dix dernières années. Presque toutes les entreprises du monde disposent d’une présence sur le Web ou aspirent à en avoir une. Quelques solutions populaires ont été proposées pour cela par des sites Web de réseaux sociaux, tels que Facebook et Twitter. Cependant, ceux-ci ne donnent pas les résultats escomptés car ils sont contrôlés par des tiers, c’est-à-dire les propriétaires des plateformes.

Disposer d’un site Web, d’un blog et de quelques applications Web est une excellente manière d’attirer de nouveaux clients. Certaines des plateformes no-code les plus populaires ont été conçues avec en tête, une présence Web. C'est par exemple le cas de WordPress et Zapier.

Comme vous pouvez le constater, il existe une variété de plateformes no-code qui dépendent du type d’applications de logiciel que vous souhaitez pour votre entreprise.

Conclusion

Comme cité plus tôt, DocDigitizer est un moteur d’automatisation de traitement de documents qui n’exige pas que le professionnel dispose d’une quelconque capacité de programmation. La plateforme utilise l’apprentissage automatique et la technologie OCR pour lire et traiter les données. La solution utilise des algorithmes hautement formés non seulement pour déterminer ce que souhaitent saisir les professionnels mais aussi pour apprendre leurs préférences, en améliorant ainsi la productivité.

Parmi les caractéristiques importantes de DocDigitizer figurent l’absence d’un processus d’installation, le paiement au document traité, une interface de programmation (API) prête à l’emploi et l’accent mis sur la précision. Avec la plateforme, vous n’aurez plus besoin de penser au code de fonctionnalité pour obtenir des résultats que vous souhaitez – l’usage de l’apprentissage automatique garantit que la plateforme ajuste, de manière continue, ses fonctionnalités en vue de s’adapter aux besoins uniques de votre entreprise.

Doculator

See how much you could be saving!

Do you know how much your current document processing is costing you?